WillyNgoma3
20.04.2020 19:11

A coeur ouvert avec Jean-Willy Ngoma


1: Trois ans après avoir été diffamé vous décidez enfin de sortir du silence. Pourquoi ?

À vrai dire, je ne sors pas du silence trois ans plus tard, car j’avais eu à donner une interview à l’époque sur le sujet en y apportant toutes les preuves qui me disculpent de cette affaire.
Une fois fait, j’avais pris la décision de ne pas forcément m’étaler sur la question, mais aujourd'hui vous souhaitez avoir plus d’informations je vais donc vous en donner.
2: Ce sont quand même des accusations extrêmement grave :

“ viols et escroqueries “ comment avez-vous réagis ?

C’est le cas de le dire ; des accusations qui m’ont fait beaucoup de mal ainsi qu’à ma famille. Je me devais d’être fort et de soutenir mes proches, car cela ne fait jamais plaisir de lire ce gendre d’insanité sur une personne que l’on aime.
C’était très compliqués, mais pas insurmontable, j’ai gardé le focus sur ma famille, mes proches et mon activité.
Le reste m’importait peu, car je savais que je n’avais strictement rien à me reprocher.

3: Dites-nous en plus concernant les accusations de viols !

Avant toutes choses, j'ai une forte pensée pour mon ancienne secrétaire que l'on avait également accusée de proxénétisme, car selon les dires, elle se chargée de me ramener les femmes à mon hôtel en échange d'une rémunération.
Elle a vécu cette période très difficilement, à la limite d'une crise d'angoisse.
N'oubliez pas que c'est moi qui ai porté plainte et qui l'ai ensuite retiré car je ne voulais pas forcement poursuivre cette jeune femme qui a fait circulé ces fausses accusations à notre égard.
J'ai apporté toutes les preuves qui ont était mis en exergue sur la toile et depuis, c'est silence radio.
( il réfléchit) Faisons un peu preuve de bon sens.

Pensez-vous sincèrement qu’un individu ayant commis 60 viols pourrait voyager librement partout dans le monde et de surcroit durant 3 années ? Pas de dépôt de plainte, pas de convocation au tribunal de grande instance bruxelloise, aucune condamnation ; vous avez donc votre réponse concernant ma culpabilité.

4: Que faisiez-vous pendant que vos detracteurs vous difamez ?
J’aime beaucoup cet adage qui dit : les chiens aboient et la caravane passe.
Je suis un homme marié avec diverses responsabilités. De ce fait, je travaillais et m’occupais de ma famille.

Vous savez, lorsque vous êtes conscient de votre innocence vous ne pouvez pas perdre votre temps à chercher à vous justifier sur des actes que vous n’avez pas commis.

Le Christ a été crucifié injustement, qui suis-je pour refuser de porter ma croix ?

5: Où en êtes-vous actuellement après toute cette épopée ?
Écoutez, je suis directeur d’un club professionnel en D2 Roumaine.
Le Pandurii Targu Jiu que je souhaite faire monter en D1 le plus rapidement possible.

Concernant ma vie privé, je suis épanouie avec une charmante épouse et deux magnifiques enfants.
Je n’ai donc pas à me plaindre, je fais en sorte que tout se passe pour le mieux et pour l’instant ça me réussit plutôt bien.

6: Dans les couloirs du monde footbalistique il est dit que vous serez l’un des bras droits de Pini Zahavi ? Est-ce vrai ?

J’ai appris avec le temps que certaines personnes aiment bien exagérer dans leurs propos pour mieux vendre.
Pour répondre à votre question, j’ai effectivement eu à travailler avec Pini Zahavi lorsque j’étais encore agent de joueurs, nous avons tissé des liens assez fort et aujourd’hui nous avons une relation dès plus saines.

7: Vous êtes entouré de personnes extremement puissantes, comment avez-vous fait pour rejoindre se réseau influent ?
Tout est relatif, ces personnes peuvent être considéré puissante par certains et réfuté par d’autres.
C’est par le fruit de mon travail que j’ai aujourd’hui rejoint un réseau d’affaires assez important avec des collaborateurs qui sont des piliers dans leur secteur d’activités.

J'ai travaillé très dur durant plusieurs années sans compter les heures ni les nuits blanches, et cela, à fini par porter ses fruits.
Rien d’autres que le travail, seul le travail paye

8: Certains de vos proches vous ont surnommé “ le diable “ pourquoi un tel surnom ?
( Rire ) , c’est effectivement ainsi que mes proches m’ont surnommé.
On dit de moi que je pourrais vendre des lunettes de vue à un aveugle.

Pour une raison très simple, en business, je ne fais pas d’état d’âmes.
J’ai une faculté à trouver des solutions aux problématiques que peuvent rencontrer certains collaborateurs et surtout, je suis sans pitié en négociation.

Ceci dit, une fois les négociations terminées, je redeviens le gentil monsieur apprécié de ses amis et sa famille, mais en affaires, je suis une autre personne et il faut savoir faire la part des choses.

9: En parlant de négociations, vous avez récemment travaillez sur le transfert de la star nigériane Ighalo. Pouvez-vous nous en parler ?

C’est exact, j’ai eu à proposer Ighalo à Monaco et Manchester United. À ma grande surprise, c’est le club anglais qui m’a répondu favorablement, s’en est donc suivi les échanges avec Ed Woodward qui ont conduit au transfert du joueur pour un montant de 15 millions de pounds et unsalaire net de 19 millions l’année.
J’étais accompagné de l’agent du joueur ( Salami Oladele ) qui est un proche que je considère comme un membre de ma famille ainsi que d’autres intervenants pour mener à bien cette opération qui fut un franc succès pour les deux parties.

10: Avez-vous travaillez sur d’autres profils aussi important que celui d’Odion Ighalo ?

Actuellement, c’est difficile de faire mieux, car c’est le joueur Africain le mieux payé. Cependant, j’ai eu des dossiers assez compliqué à gérer ; Je pense notamment à Jack Wilshere que j’ai transféré d’Arsenal à Bournemouth et je devais enchaîner avec son prêt à Trabzonspor mais le prêt à échoué à la dernière minute, un véritable casse-tête je vous assure.
J’en ai la migraine juste le fait d’y penser et d’en parler. ( rire )

Ceci dit, je suis particulièrement fier d’un transfert que j’ai eu à réaliser en 2015 pour un jeune joueur de 15 ans au Standard de Liège avec une prime à la signature de 30.000 euros ainsi que 4000 euros net de salaire et une voiture au choix pour le papa du gamin.
C’est un deal qui n’a jamais été signé par un si jeune joueur en Belgique jusqu’à ce jour, je peux vous dire que j’en ai fait des beaux rêves. (rire)

11: Quelle leçon avez-vous retenu de votre parcours jusqu’à ce jour ?

Je vais vous répondre avec une citation de Louis de Funès que j'apprécie fortement ; Peu importe que vous ayez du style, une réputation, ou de l'argent, si vous n'avez pas bon cœur, vous ne valez rien.
Papy Kadidi
Commentaires (0)
Pour commenter, vous devez vous inscrire
Il n'y a aucun commentaire sur cet article. Soyez le premier à commenter!
Fiches des Joueurs
Lumbana-Kapasa,Boris RenéDegerfors IF
Milambo,Albert Mutamba CD 1º de Agosto
Mununga,Joachim Maccabi Petah Tikva FC
Bolasie,Yannick Everton
Mbemba,NolanLOSC Lille B
Rejoignez-nous
Exprimez-vous